Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Brigitte et Patrick
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron

Les bords du Ciron est un circuit de randonnée situé sur les communes  de Preignac et Pujols sur Ciron Parcours d’environ 12 kilomètres 

 

La vallée du Ciron est, depuis tous les temps, un axe de vie important : construction de fortifications à l'époque féodale, passage de pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, édification de moulins, flottage du bois..

Après avoir atteint notre lieu de rendez vous et laissant derrière nous tout bruit et toute civilisation nous partons à la découverte du Ciron, de sa tranquillité ,de ses lavoirs ...et de ses magnifiques reflets !

Direction l'aire naturelle de Sanches au bord du Ciron, lieu plein de charme avec ses cours d’eau, ses deux ponts à arches du 18e siècle et le lavoir bâti au 19e dernier vestige d'un ancien moulin

Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron

Après être passés sous la bruyante A62 nous longeons quelques habitations et un grand mur où nous découvrons une curieuse tour carrée , ancienne tour de guet du domaine des Remparts, un lavoir peu entretenu et le moulin de Lamothe

Le Moulin de Lamothe compte parmi les ouvrages les mieux préservés de la vallée du Ciron.

La date la plus ancienne de la construction du moulin de Lamothe découverte dans les archives est 1205. En 1703, 4 paires de meules étaient complètement opérationnelles. Au XVIIIe siècle différents documents d’archives montrent son activité en tant que moulin à blé. Puis au XIXe siècle, son activité décroît et sa production s’arrêtera définitivement. Le moulin a été restauré dans les années 1960 pour servir d’habitation. 

L’exploitation du Ciron

De part sa situation géographique a très tôt représenté la principale voie d’écoulement et de communication d’une région qui a souffert pendant longtemps de l’insuffisance de moyens de desserte

Le Ciron rejoint la Garonne à 35km en amont de Bordeaux .Cette proximité devait rapidement mettre en relation les pays du Ciron avec Bordeaux ; le cours du Ciron bénéficiant d’une pente assez régulière

La rivière va devenir dès la fin du moyen âge un lieu de transformation puis un moyen d’acheminement des produits agricoles ou semi manufacturés

Pour toutes ces raisons de nombreux moulins apparurent à partir du 13e et se fixent progressivement en bordure du ciron Les principaux moulins de Preignac datent du 13 Le moulin Lamothe appartenant aux Augustins est terminé en 1205 , celui de Sanches vers 1209 /1214

 Ces moulins transformaient en farine les productions céréalières issues de l’économie rurale environnante: seigle, maïs puis blé Le moulin de Lamothe possédait 4 meules et produisait 8000hl de farine par an (6000hl de froment ) celui de Sanches avec 3 meules fournissait 10000hl/an (8000hl de froment)

 

La concurrence des minoteries industrielles va apporter un coup sévère  à la poursuite de l’activité ainsi que les rivalités entre moulins et vont être l’amorce d’un lent déclin

Le moulin de Lamothe va être victime de sa localisation car situé  sur le bras droit de la rivière considéré par ordonnance comme le moins actif ; il perdra petit à petit de son importance ; il continuera à moudre du grain pour des particuliers jusqu’au début des années 50

Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron

Le lavoir de Sanches

Passage sur l'autre rive du Ciron avec une pause au niveau du lavoir de Sanches et de son barrage Le bâtiment couvert de tuiles fait face à une cascade. 

Le lavoir rénové est fermé sur trois côtés. On y accède par une porte sur un des murs de large. A l'intérieur, une cheminée est construite sur le mur opposé à l'entrée : les lavandières devaient l'utiliser pour faire bouillir le linge. Pour laver, elles se tenaient à genoux.

Ici la rivière forme deux bras délimitant une île qui ajoute à l'intérêt de ce site avec l'aménagement d'une aire de pique nique ,d'une petite plage et de nombreuses essences d'arbres plantées 

Plus loin on franchit un petit pont pour se trouver sur l'autre bras du cours d'eau. 

Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron
Sur les bords du Ciron

Si la rivière est devenue maintenant un lieu de loisirs et de repos avec ses chemins de randonnée qui la longent et la  traversent sur tout son parcours ,elle fut aussi utilisée pour l’acheminement du bois ; on constituait des trains de radeaux  attachés les uns aux autres Ces convois   ralliaient le port de Barsac où les billons de pin qui constituaient les radeaux étaient démontés pour être chargés sur des gabares qui descendaient la Garonne jusqu’aux bassins à flots de Bordeaux Les billons étaient destinés à l’ Angleterre

Le CIRON prend sa source dans ce qui était appelé au XVIIIe siècle "la lande de LUBBON", région marécageuse, située dans le département des LANDES à une altitude de 150 mètres. Long de 70 Km  il fait une petite incursion en LOT ET GARONNE avant de pénétrer en GIRONDE. Il se jette dans la GARONNE entre BARSAC et PREIGNAC à 40 Km au sud est de BORDEAUX. 

La confluence  du Ciron avec la Garonne ne date que du 18e C'est en 1712 que fut creusé un canal devant relier Barsac( niveau du port) à la Garonne et donnant débouché au Ciron.

 Cette jonction artificielle s’explique afin de redonner au Ciron sa navigabilité ,chose devenue de moins en moins facile du fait de nombreux méandres que dessinait le cours entre Barsac et Cerons et de l’accumulation de sable sur ce tronçon rendant la rivière inutilisable

Commenter cet article

Présentation

Club de marche de Carbon-Blanc du CACBO Le club de marche du CACBO est ouvert à tous, il fonctionne chaque mardi après midi (de 8 à 10 kms). Un jeudi par mois pour une balade de 20 kms et un autre jeudi pour un parcours de 15 kms. Avoir bon pied et bonne humeur. Lieu de rendez-vous à Jacques Brel à 13h45 le mardi et les autres jours à confirmer selon les destinations.

Pour tous renseignements s'adresser à Monsieur Patrick VALETTE

 Mobile: 06 88 58 03 40

Email : valette.patrick@gmail.com

Articles récents

Hébergé par Overblog