Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Brigitte et Bernard

Mercredi 13 juin nous partons pour une rando sur toute la journée qui va relier Soulac au Verdon avec un départ depuis la maison de Grave

Le soleil  est au rendez vous et la chaleur va vite nous assaillir suivie de très près par une invasion de moustiques !

Quant au parcours ,beaucoup furent surpris par les  montées et descentes nombreuses , s'imaginant naviguer en terrain plat ! Médoc oblige !

Le GR 8

4.JPG

 

A proximité du débarcadère, un petit panneau signale le "kilomètre 0" de ce magnifique sentier de grande randonnée au balisage rouge et blancqui s'étire tout le long du littoral Atlantique.

 

Au niveau du Verdon, il permet de découvrir le cordon dunaire et les vastes pinèdes qui bordent tout le flanc Ouest de la Pointe de Grave.

9.JPG

 

Vous longerez la piste cyclable qui serpente dans la forêt jusqu'à Soulac sur mer ainsi que la voie ferrée du P.G.V.S (Pointe de Grave - Soulac) encore en service durant la saison estivale.

 

Soulac,

l’origine, Soulac était un prieuré bénédictin, fondé au XIème siècle par les moines de Sainte-Croix de Bordeaux. Au XIIème siècle, l’édifice fut remplacé par la basilique « Notre Dame de la Fin des Terres». Mais à cette époque, les sables landais n’avaient pas encore été fixés par les plantations de pins et en 1747, la Basilique fût ensablée, malgré le rehaussement de 3,60 mètres du niveau du sol intérieur. Aussi , son clocher servit-il comme balise à la navigation durant quelques décennies.

 

A partir de 1858, les travaux de désensablement et de restauration commencèrent ;la Basilique sera définitivement rendue au culte en 1867

 

la ville de Soulac entame un développement durable au cours des années 1857 à 1864 : à l’époque où les bains de mer deviennent une pratique courue dans toute l’Europe, Soulac fait ressurgir ces pratiques à la fois ludiques et médicales. En 1861, les premiers établissements de bain comptent parmi les lieux majeurs de la région et l’arrivée du Chemin de Fer signera dès 1874 le désenclavement de Soulac.

 

4bis.jpg

 

Peu à peu, l’essor du tourisme balnéaire fit émerger quelques villas et chalets de briques rouges, ornés de dentelles de bois. La villa représente la satisfaction du besoin personnel d'habiter ou de séjourner, et traduit en même temps une aspiration à une sorte de communion urbaine, sociale et esthétique.

 

De cette époque, la ville conserva un ensemble exceptionnel de 500 villas,de style côte d'argent qui font le charme de la station balnéaire( Epis, lambrequins, cartouches,...). ordonné autour de sa Basilique, classée Patrimoine Mondial de l'UNESCO. 

 

La basilique " Notre Dame de la Fin des Terres "étape des chemins de compostelle, elle est une pureté de l'art roman du XIIème siécle.

P1070671.JPG

 

 

Au début du XIIe siècle, la construction de l'église de Soulac commença, à proximité de l'oratoire construit au VIe siècle par l'archevêque de Bordeaux, Léonce.

A la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle, Soulac, étant devenu une agglomération notable forte de vingt rues; la basilique et le prieuré furent menacés par l'avancée des sables.

 L'ensablement des alentours de la basilique entraîna alors une remontée des nappes phréatiques. La nef fut ainsi comblée et le niveau du sol relevé de plus de 3 mètres.

 La porte d'entrée actuelle fut créée à cette époque.

  A partir du XVe siècle, devant l'invasion constante des sables, les habitants se retirèrent progressivement dans l'arrière pays, puis entre les dunes et les marais. C'est ainsi qu'ils décidèrent de reconstruire leur église au lieu dénommé encore aujourd'hui le "Jeune Soulac" en 1745, le "vieux Soulac" ayant alors totalement disparu sous les sables.(info net)

14bis.JPG

L’église de Soulac à trois nefs, de style roman poitevin, date du XIIème siècle.

 

Ses dimensions importantes indiquent qu’elle était destinée à recevoir des foules, celles des pèlerins du Médoc qui venaient y vénérer la Vierge et Sainte Véronique, celles de ces autres pèlerins qui, par Royan, arrivaient de l’Aunis, de la Vendée, de la Normandie ou de la Bretagne, faisaient de la Basilique de Soulac une étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

 

Cette église se trouve maintenant située au fond d’une cuvette et, sauf du côté de l’entrée, elle est entourée de dunes. Envahie par les sables, réduite à l’état de ruines au XVIIIème siècle, elle a été remaniée, désensablée et reconstruite presque entièrement dans son état primitif au XIXème siècle. 

Comme toutes les anciennes églises, la Basilique de Soulac est orientée vers l'est, le soleil levant. Ses trois nefs se terminent par un choeur.

 

 La décoration est surtout constituée par des chapiteaux et par des vitraux de facture moderne (tous datés de 1954).

 

La très belle statue de Notre-Dame de la Fin des Terres (à droite du choeur) est en bois polychrome et date du siècle dernier.

 

Les cinq cents villas de Soulac

30

 

Soulac-Sur-Mer, célèbre pour son bâti et notamment ses " cinq cents villas" de style Côte d'Argent ou Néo-colonial, bénéficie d’un réel cachet. Construites pour l’essentiel au début du XXe siècle, les villas constituent un patrimoine culturel important et pittoresque.

Des villas modestes aux villas plus imposantes, plusieurs styles architecturaux sont représentés avec des matériaux de construction très variés.

Image3V

 

 

 

32

 

  Tout au long de la rando ,nous découvrons la présence du mur de l'Atlantique

La Forteresse du Nord-Médoc.(net)

 

Le 25 juin 1940, jour d’entrée en vigueur de l’armistice, partant de Royan, les allemands franchissent l’estuaire de la Gironde par le bac « Cordouan », le plus gros des troupes arrivant de Bordeaux et seront à Lesparre le 26 juin. C’est le début de l’occupation !

L'Occupation Le Nord Médoc, de Montalivet à la Pointe de Grave, a été occupé durant 5 ans, du 25 juin 1940 au 20 avril 1945

 

Du début 1942 jusqu’à la fin 1943, l’organisation « TODT » édifie le Mur de l’Atlantique, dont fait partie la Forteresse du Nord Médoc ( FESTUNG GIRONDE MÜNDUNG SÜD ). Son objectif avec Royan est d’empêcher aux Alliés l’utilisation des ports de la Gironde dont Bordeaux, et de repousser un éventuel débarquement.

 

Le 28 août 1944, elle devient une « Poche de Résistance Allemande », avec Royan, La Rochelle, Saint-Nazaire et Lorient.

 

Rédition :Le 25 août 1944, juste avant l'évacuation de Bordeaux, les Allemands s'enferment dans la forteresse, tandis que les FFI commencent à remonter vers le Nord-Médoc. Le siège a duré huit mois, au cours d'un hiver particulièrement rigoureux qui a durement éprouvé les jeunes combattants du Médoc. L'opération de libération de la poche du Médoc est décidée le 13 avril 1945.

15

 

Elle sera réduite le 20 avril 1945 après 8 mois de siège, suivi d’une bataille de 7 jours par les FFI d’Aquitaine menés par le colonel de Milleret (dit Carnot) et des renforts FFL de la 1ère Armée Française.

 

12.jpg

 

Bunkerologie

La forteresse du Nord Médoc (de Soulac au Verdon), comprend 37 positions plus ou moins importantes comptant environ 350 bunkers (abris en béton) de formes et tailles variables selon leur fonction (poste de commandement, abri, casemate, soute à munition, à vivre, radar, etc.)

Au nord de Soulac, le point d’appui S307(Les Arros) était l'un des principaux points d'appui, avec une importante station radar ( équipée du " radar Mammut", un appareil portant à 300 km à la ronde).

La Libération

Cas unique de libération d'une poche de résistance allemande par les FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) d'Aquitaine.

19-.JPG

Aux Arros

A la pointe de Grave, à la Chambrette, deux énormes canons Krupp de 280 mm, les "Cerbères de la Gironde", surveillaient l'estuaire. Montés sur une plate-forme, ils pouvaient tourner à 360°. Mais ils n'ont pu être utilisés lors de la bataille finale, car ils avaient été expédiés auparavant en renfort vers le nord de la France.

Le dispositif comprenait aussi de nombreuses défenses de plage anti-débarquement (tétraèdres en béton équipés d'explosifs, pieux en bois...). Près de 600 000 mines avaient également été enterrées sur tout le territoire de la pointe du Médoc.(info net)

 

Après la visite de Soulac nous reprenons le GR8 et allons à la rencontre d'Yvette et Paul qui nous rejoignent pour le pique nique

7-.JPG

 

 

 

 



 

 

 

 

Commenter cet article

Présentation

Club de marche de Carbon-Blanc du CACBO Le club de marche du CACBO est ouvert à tous, il fonctionne chaque mardi après midi (de 8 à 10 kms). Un jeudi par mois pour une balade de 20 kms et un autre jeudi pour un parcours de 15 kms. Avoir bon pied et bonne humeur. Lieu de rendez-vous à Jacques Brel à 13h45 le mardi et les autres jours à confirmer selon les destinations.

Pour tous renseignements s'adresser à Monsieur Patrick VALETTE

 Mobile: 06 88 58 03 40

Email : valette.patrick@gmail.com

Articles récents

Hébergé par Overblog