Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Brigitte et Bernard

 

 

 

 

Verdelais est un petit village niché dans la verdure qui a un passé chargé d'histoire.

Le bourg se caractérise par deux belles allées centrales bordées d'arbres avec un remarquable alignement de façades du XIXe. Ce sont d'anciens établissements hôteliers destinés à accueillir les pélerinages de masse de cette époque 

« Les Allées »

 

IMGP3886

La  Mairie

IMGP3885

  Décors des maisons bordant les allées

Image1.png,

DSC08546.JPG A l'extrémité: la basilique Notre Dame

 

LA BASILIQUE NOTRE-DAME XVIIe et XIXe siècles

Le sanctuaire actuel résulte des reconstructions du XVIIe et XIXe siècles. Le chœur et le transept procèdent de l'époque des Célestins. Les voûtes de la nef et les bas-côtés surmontés de galeries appartiennent à la période des Maristes. Le clocher, repris en 1875, est surmonté d'une Vierge en cuivre doré de 3,75 mètres de haut. L'édifice offre la texture d'un lieu de pèlerinage permettant de rassembler une foule dans une même vénération de la statue porteuse de miracles. La façade, rehaussée de statues de saint Joseph, saint Jean, saint Dominique et saint Simon Stock est accompagnée d'un vaste parvis structuré en allées permettant l'organisation de cérémonies en plein air. L'ancien couvent des célestins se développe sur un côté des allées et accueille aujourd'hui le musée d'Art religieux, la mairie et

l'école

 

3887.jpg

  Sur le parvis:

IMGP3882

 

IMGP3880

 

COUVENT DES CÉLESTINS XVIIe et XIXe siècle

L'ensemble des bâtiments du couvent des célestins Le couvent des célestins se répartit sur deux cloîtres. Le plus proche de la basilique, reconstruit au XIXe siècle, accueille le presbytère. Le plus éloigné, du nouveau couvent, appartient à l'établissement d'origine : depuis les lois de séparation de l'Église et de l'État, il contient le musée d'Art religieux, I'école et la mairie. Cependant, les congrégations réussirent à maintenir longtemps deux écoles privées et un orphelinat agricole du nom de Nazareth (actuel E.S.A.T.). Le cloître le plus ancien conserve deux galeries superposées en anse de panier, analogues à celle du couvent des Ursulines de Saint-Macaire.

 

IMGP3883

 

DSC08585

 

IMGP3890

 

Après avoir compté ses pèlerins ,Jean Claude nous donne quelques renseignements sur Verdelais 

 

IMGP3891

 

  Tout le monde a l'air bien sage !

 

IMGP3892

 

LE MUSEE D’ART RELIGIEUX

Dans le Musée de Verdelais vous découvrirez une remarquable collection d'ex-voto peints dédiés à Notre Dame de Verdelais, dont certains datent du XVIII siècle, des maquettes de bateaux, une grande variété de coeurs ex-voto, de magnifiques manteaux de la Vierge et de l'Enfant, des vêtements liturgiques, ainsi que de l'orfèvrerie sacrée. Ce musée est donc le témoignage matériel de la ferveur des nombreux pèlerins venus prier à Verdelais. Il constitue un remarquable musée du patrimoine religieux, unique dans la région.

 

Une fontaine est installée sur le côté d'une des allées

 

Image13.jpg

 

Image12.jpg

 

Image2.png

 

Le mécanisme a été démonté , on peut encore y voir la tête de lion par laquelle on pouvait recueillir l'eau

 

IMGP3884

 

  Nous nous préparons à une "petite" grimpette...

 

CALVAIRE 1863

A la fin du XVIIe siècle, un premier calvaire est établi sur le mont Cussol par le père Proust,

avec seulement quatre chapelles, au moment où il faut construire un chemin praticable pour

les pèlerins venus de Saint-Macaire. Le cardinal Donnet parvient en 1863 à inaugurer un

nouveau calvaire composé de 14 chapelles, ponctuant toutes les stations de la Via Dolorosa.

Les trois croix du sommet, initialement en bois, seront remplacées par des croix métalliques

pour contrer les effets de la foudre. Chacune des stations possède un haut-relief

en grès céramique. Le parcours est ouvert par la chapelle consacrée à la sainte Agonie,

encadrée par les statues de Jérémie et d’lsaïe.


DSC08549



3893.jpg


Pour un début , c'est un peu raide !


3894


Chapelle Sainte Agonie (nous n'avons pas encore atteint cet état là !)


3896


IMGP3895


Le long du chemin de croix...


DSC08550


3899


DSC08553


IMGP3898


IMGP3900


En haut de la butte , le calvaire : monticule surmonté de trois grandes croix


IMGP3903


DSC08555

Toujours sages , nous écoutons notre guide

Image4


IMGP3904


IMGP3905


Large panorama s’ouvrant  sur la vallée de la Garonne, le vignoble de Sauternes, les Landes girondines et, lorsque certaines conditions sont réunies, on peut distinguer la chaîne des Pyrénées.

Moulin de Cussol

IMGP3902


Moulin-tour à farine du XVIe siècle . Il domine la vallée de la Garonne.


IMGP2232


Image5.png


IMGP3906


IMGP2233


Moulin tour datant du XVIIIe siècle construit par les moines de l'ordre des Célestins.

 

La commune l'acquiert en 1997, une "Association du Moulin de Cussol" est créée et s'occupe de sa restauration (tour, toit, ailes et mécanisme intérieur)

 

Passage devant le château Mémoires situé entre le calvaire de Verdelais et le château de Malagar , qui  offre un point de vue exceptionnel sur la vallée de la Garonne.

 

IMGP3908


Pas très loin de ce magnifique moulin, dans une propriété vinicole, une tour de moulin qui n'aura peut être pas la même destinée...

La Croix de Bord

 

IMGP3919.JPG

 

IMGP3920

 

La croix de Bord qui regarde la vallée et offre un point de vue magnifique de la région  Elle était aussi un point de repère pour les pèlerins qui arrivaient en bateau par la Garonne à bord de petits bateaux à voile

 

3909

 

3910

 

En continuant sur la petite route........

 

3911

 

Belle ligne de cyprés et de pins parasols et tout au bout le château de Malagar

 

IMGP3913

 

Château de Malagar

François Mauriac (1885-1970). Né à Bordeaux, il se consacre très tôt à la littérature. Grand romancier, il sera aussi poète, essayiste et dramaturge. Son oeuvre romanesque (Thérèse Desqueyroux, Le Noeud de vipères,...) est marquée par l'éducation religieuse qu'il a reçue de sa mère et profondément ancrée dans un "terroir" (Bordeaux, les Landes). Il est élu à l’Académie française en 1933 et reçoit le prix Nobel de littérature en 1952. Journaliste de talent, il s'exprime en tant qu'intellectuel engagé, témoin de son temps, dans son Bloc-notes, chronique qui paraît dans L'Express et Le Figaro littéraire de 1952 à 1970.

Le domaine de Malagar, dont Mauriac hérite en 1927, sera "sa maison des champs", un lieu de vie et d’écriture. En 1985, le domaine devient propriété du Conseil régional d’Aquitaine par donation des enfants de l'écrivain. Le Centre François Mauriac de Malagar fait désormais revivre le domaine et rayonner l'oeuvre de l'écrivain.

 

IMGP3914

 

Ce domaine comprend une maison de maître enserrée par deux chais, un corps de ferme avec ses étables et ses écuries, un parc de quatre hectares. Il est acheté en 1843 par Jean Mauriac, arrière-grand-père de l’écrivain. François Mauriac en hérite en 1927 et y séjournera trois mois par an jusqu’en 1968.

 

3915

La maison

"Je n’y habite que trois mois dans l’année, mais c’est le temps où je me ressemble le plus."

Malagar est un lieu d’inspiration privilégié pour François Mauriac. La visite du rez-de-chaussée de la maison permet de situer l’auteur du Noeud de vipères dans son cadre de travail puisque tout est resté en l’état et que les objets sont à l’exact emplacement que François Mauriac leur connaissait.

 

3916

 

DSC08561

 

Au sol, des citations de François Mauriac gravées sur des plaques illustrent le travail du romancier.

 

IMGP3917

Le parc

D’une superficie de quatre hectares, le parc est découpé en plusieurs zones : la garenne et son pigeonnier, le verger, les charmilles, la terrasse de Malagar avec le fameux banc où Mauriac aimait à écrire, le potager, l’allée de cyprès, l’allée de peupliers.

Le vignoble de Malagar jouxte la propriété, mais ne fait plus partie du domaine.

 

IMGP3918

 

Nous continuons à serpenter parmi les rangs de vignes

 

IMGP3921.JPG

 

Puis au sommet de la colline ,au loin, nous avons une superbe vue sur le château de Malromé demeure de Henri Toulouse Lautrec

 

Henri de Toulouse-Lautrec

 

Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa, né le 24 novembre 1864 à Albi et mort le 9 septembre 1901, est un peintre et lithographe français.

 

Fils d'Alphonse, comte de Toulouse-Lautrec-Monfa (1838-1913) et d'Adèle Tapié de Celeyran (1841-1930), il grandit au château Malromé.

 

Henri de Toulouse-Lautrec est né dans l'une des plus vieilles familles de France Cependant, cette branche cadette, malgré son nom illustre,ne vit que comme une famille aisée de l'aristocratie de province.

 

Au XIXe siècle, les mariages dans la noblesse se faisaient couramment entre cousins afin d'éviter la division des patrimoines et l'amoindrissement de la fortune. Ce fut le cas des parents d'Henri, Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa et Adèle Tapié de Celeyran, qui étaient cousins au premier degré. Henri était l'aîné ;

 

L'incompatibilité d'humeur entre les deux époux entraîna leur séparation en 1861 et Henri resta sous la garde de sa mère. Il eut une enfance heureuse jusqu'au moment où, par suite de la consanguinité de ses parents, débuta en 1874 une maladie qui affectait le développement des os, la pycnodysostose . Ses os étaient fragiles et entre mai 1878 et août 1879, il souffrit d'une fracture au fémur à chaque jambe, la gauche puis la droite, qui l'empêchèrent de grandir davantage et ne lui permirent qu'une taille d'1,52 m. On essaya de le guérir au moyen de décharges électriques

Son tronc était d'une taille normale mais sa tête avait des lèvres et un nez épais. Il bavait et zézayait en parlant. Des yeux noirs achevaient d'en faire un nabot grotesque. Il en jouait, faisait le provocateur dans les salons. tout en étant très conscient du malaise que son exhibitionnisme suscitait.

 

En juillet 1881 C'est alors qu'il décida de devenir artiste. Soutenu par son oncle Charles et René Princeteau, il finit par convaincre sa mère.

 

Toulouse-Lautrec vécut pour son art. Il devint un peintre du post-impressionnisme, un illustrateur de l’Art nouveau et un remarquable lithographiste ;

 

On le considérait comme « l’âme de Montmartre », le quartier parisien où il habitait. Ses peintures dépeignent la vie au Moulin Rouge et dans d’autres cabarets et théâtres montmartrois ou parisiens, ainsi que dans les maisons closes qu’il fréquentait

 

 

Alcoolique pendant la plus grande partie de sa vie d’adulte, il entra dans un sanatorium peu avant sa mort à Malromé, la propriété familiale, à la suite de complications dues à l’alcoolisme et à la syphilis, à près de 37 ans. Il est enterré à Verdelais (Gironde) à quelques kilomètres de son lieu de naissance.

 

DSC08565

 

En 1883, la Comtesse Adèle de Toulouse Lautrec fit l’acquisition du domaine, attirée par la proximité de Verdelais, haut lieu de pèlerinage.

 

Son fils Henri effectuera de fréquents séjours à Malromé. Il se plaît en ces lieux,« peint sans relâche et, pour se détendre, rame et tire à l’arc avec des engins envoyés par son père ». C’est à Malromé qu’il finirases jours le 9 septembre 1901.

 

IMGP3922

 

IMGP3927

 

 Petit arrêt pour savourer le paysage ou bien pour bavarder...

 

IMGP3928

 

DSC08566

 

Nouveau départ mais toujours avec le sourire !

 

IMGP3929

 

Un chemin encaissé nous conduit jusqu'au petit ruisseau que nous traversons tout en admirant la beauté des sous bois

 

IMGP3931

 

IMGP3932

 

3934

 

IMGP3935

 

  Autres vues panoramiques

 

IMGP3936

 

En direction du " Pas de la Mule"

Vers 1295, pendant la guerre contre les Anglais, la chapelle est pillée, incendiée... La statue est cachée et enfouie dans un trou maçonné... Un jour, vers 1390 selon la tradition, la Comtesse de Foix, en allant visiter ses terres et passant au milieu des bois, aurait trouvé la cache où était placée la statue.

 

B1pasdelamule.jpg

 

« La mule qui portait la Comtesse de Foix s’arrêta sans pouvoir avancer ou reculer, et enfonça un de ses pieds de la profondeur de 4 ou 5 pouces dans une pierre fort dure où elle imprima la figure de son fer. »

 

« Cette dame, surprise d’un tel prodige, descendit aussitôt et fit lever cette pierre dessous laquelle se trouva la statue en bois, bien conservée, sans altération… »

 

La statue est retrouvée par la Comtesse de Foix au pas de la mule. La Comtesse fait restaurer la chapelle.

 

DSC08568.JPG

 

IMGP3938

 

Image5.jpg

 

 

Histoire de la Fontaine du Pas de la Mule.

 

Cette fontaine est située au lieu dit Luc de Verdelais (ancienne Commune d'Aubiac), le mot vient de Lucus, le bois sacré, le bosquet où est vénérée une idole.

 

C'est seulement au 4ème siècle que les paysans de la région furent évangélisés, grâce aux moines prêtres de St-Martin de Tours. L'un d'eux, Macaire fût le premier à venir dans la région. Vint-il au Luc? Quoi qu'il en soit, un culte chrétien a du se perpétuer au Luc au cours des cinq siècles des invasions barbares, du 5ème au 10ème siècle. La dévotion à la Vierge s'est répandue au 13ème siècle. Le chevalier croisé Géraud de Graves choisit comme retraite le Luc et voua la petite chapelle de son ermitage à Notre-Dame.

 

En ce lieu, une fontaine votive est accompagné d'un groupe commémoratif dit du pas de la mule. Il est constitué de six statues en grès datant du 19ème siècle et installées sous un appentis le long de la falaise à gauche de la fontaine.

 

Une jolie Vierge sculptée orne cette fontaine dont l'eau aurait des propriétés miraculeuses.

 

IMGP3939

 

Mule2.jpg

 

Un ensemble de statues en terre cuite illustre l'épisode près de la source miraculeuse, depuis le XlX siècle, à un endroit où a été dressé l'abri Saint-Benoît Labre,destiné à accueillir les pèlerins pour leurs repas champêtres

 

Image3.png

 

  Lieu champêtre fort agrèable !

 

IMGP3941

 

DSC08572

 

On se dirige vers le restaurant

 

IMGP3942

 

Parmi les arbres nous pouvons apercevoir la jolie statue toute dorée du clocher !

  DSC08573

 

 

 

DSC08574.JPG

 

Au restaurant ,chacun apprécie la convivialité des lieux

 

DSC08575

 

IMGP3880

Visite de la basilique

ANefPlafon.jpg

L'intérieur

Image1.jpg

 

bateau10.jpg

Ex-voto

 En signe de remerciement,de nombreux ex-voto,sont déposés sur les murs de la basilique...

Les marins, secourus en mer, ont offert également des bâteaux (maquettes)

 

Image2-copie-1.png

 

VIERGE XIVe siècle Bois de châtaignier polychrome

Fixée au château de Benauge, Isabelle de Foix décide de relever le sanctuaire de Verdelais, détruit en 1377 par le duc d'Anjou. En 1390, elle fait placer une nouvelle Vierge, inspirée de la majesté romane antérieure, mais empreinte d'un sourire maternel. Aujourd'hui, la statue n'apparaît que revêtue de luxueux manteaux dont les teintes changent selon les époques et les jours de l'année liturgique. Les plus anciens sont conservés au musée d'Art religieux.

 

Viergemanteanlanc.jpg

 

Selon la légende, c'est une comtesse de Foix, découvrant au 12ème siècle une statue enterrée de la Vierge, qui fut à l'origine du grand pélerinage de Verdelais. Le centre existait toutefois dès le 14ème siècle et était célèbre pour les miracles opérés par la Vierge miraculeuse.

 

Viergepolychrome-2-.jpg

 

RETABLE 1666 Marbre rehaussé d'or

La Vierge médiévale trône au cœur d'un retable orné de six colonnes de marbre rouge à chapiteaux dorés. Deux anges soutiennent la couronne royale cependant qu'au-dessus du fronton apparaît dans un tableau la consolatrice des affligés. La Vierge est encadrée à droite de la statue de saint Benoît, fondateur du monachisme occidental, et à gauche de saint Pierre Célestin, pape démissionnaire. Au revers du tableau et à l'étage se cache une chapelle réservée au chœur des religieux.

RetableHautmodifiei-copie-1.jpg

 

RetableVierge08.JPG

 

DSC08584

 

Fin de la visite et départ pour une balade digestive !

 

DSC08581

 

DSC08582.JPG

 

IMGP2266.JPG

 

  La route surplombe le lieu de pélerinage du Luc

 

DSC08573

pour revenir sur les Allées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Présentation

Club de marche de Carbon-Blanc du CACBO Le club de marche du CACBO est ouvert à tous, il fonctionne chaque mardi après midi (de 8 à 10 kms). Un jeudi par mois pour une balade de 20 kms et un autre jeudi pour un parcours de 15 kms. Avoir bon pied et bonne humeur. Lieu de rendez-vous à Jacques Brel à 13h45 le mardi et les autres jours à confirmer selon les destinations.

Pour tous renseignements s'adresser à Monsieur Patrick VALETTE

 Mobile: 06 88 58 03 40

Email : valette.patrick@gmail.com

Articles récents

Hébergé par Overblog