Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Brigitte et Patrick
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat

Départ depuis la coupole de Saint Loubès où après quelques kilomètres nous arrivons au port de Caverne

Un petit détour au port de Caverne

L’établissement du port doit être assez ancien, car il est mentionné dans les Coutumes du pays de Bordeaux, traitant des droits de passage des rivières en 1520. Le passage était déjà à cette époque réglementé entre Libourne et Cavernes. Les transports de personnes s’effectuaient par voie d’eau à bord du bateau public La Cavernière qui a navigué du XIVème siècle jusqu’en 1823. Le trajet entre Cavernes et Lormont se faisait ensuite à cheval ou à pied. L’établissement du quai se prolongeant dans la rivière, appelé à l’époque « peyrat », remonte à 1764. Il a facilité l’embarquement des marchandises et des voyageurs. La majorité des transports y compris le vin, s’est faite par le fleuve sur des gabarres jusqu’au XIXème siècle

Le port a donc connu pendant longtemps une importante activité contribuant très probablement à la multiplication des commerces et des boutiques. Il fut également un port de pêche . On pêchait toutes les espèces de poissons d’eau douce, l’alose et l’esturgeon étant les plus prisés. Par ailleurs, la fabrication du caviar fut une vraie manne pour les pêcheurs locaux. En 1826, le pont sur la Dordogne à Libourne et la route Bordeaux Libourne sont réalisés. Ainsi, les grands chantiers de voirie, associés au développement du chemin de fer prennent le relais du transport fluvial et l’activité portuaire de Cavernes s’éteint progressivement. Le XXème siècle voit la réouverture du Port de Cavernes avec la mise en place des loisirs nautiques. (net)

Des travaux sont engagés comme la réfection de la cale de mise à l’eau, les pontons s’agrandissent et la première école de voile est créée. Elle organise plusieurs manifestations et le Club Nautique Loubésien  créé en juin 1969  contribue depuis lors à faire vivre le port et maintenir l’activité.
Un port transformé en port de plaisance avec son ponton qui abrite une vingtaine de bateaux de plaisance et de pêche toute l’année, un club nautique en pleine évolution qui compte 90 licenciés. La pêche se pratique encore au filet dérivant que l’on appelle traditionnellement « tirolle » pour la lamproie, « bichareyre » pour l’alose qui restent les prises les plus recherchées.

 

photos du net
photos du net

photos du net

Nous revenons en empruntant l'une des rues de ce petit village

 Le village de Cavernes est situé dans un méandre  de la Dordogne, en amont du Bec d’Ambès et en aval de Libourne. Il fait partie de la commune de Saint-Loubès qui apparaît avec son port vers le XIIème siècle. La plupart de ses activités tournent autour du fleuve entre le transport fluvial et la pêche. Si c’est d’abord un village de pêcheurs, l’agriculture et surtout la viticulture sont bien présentes.
L’économie du port est florissante grâce au transport maritime du vin et des tuiles effectué par les gabarres, la pêche à l’esturgeon et à l’anguille.

Cavernes fait aussi sa révolution industrielle dès 1879. La raffinerie de pétrole de la Société Deutsch de la Meurthe s’installe quelques années plus tard (1883) et le village devient plus ouvrier. Ainsi, au XIXème siècle, Cavernes est le village le plus considérable de la paroisse. Avec la crise de 1930 associée à la pollution fluviale, Cavernes voit son activité économique se réduire. Puis, en 1939, intervient la déclaration de la guerre. Saint-Loubès se trouve en zone occupée et les allemands s’installent à Cavernes. Le 7 août 1944, le bombardement par les alliés du dépôt de carburant fait une vingtaine de victimes et détruit une partie du village.(net)
 

De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat

Un homme célèbre à Cavernes !

Max Linder à Cavernes

Gabriel-Maximilien LEUVIELLE, né à Cavernes le 16 décembre 1883 de parents viticulteurs, devient la première vedette cinématographique mondiale sous le nom de « Max Linder ». Dès son plus jeune âge, il aime jouer la comédie et s’inscrit au conservatoire de la ville de Bordeaux. En 1904, il part à Paris et connaît le succès en créant le personnage de « Max », jeune dandy élégant. Il tourna deux films à Saint-Loubès dont un à Cavernes où il joua un rôle de pêcheur. Il est un réalisateur et un acteur du burlesque dont le jeu a influencé le personnage de Charlot de Charlie Chaplin. Décédé en 1925, il est enterré à Saint-Loubès.(net)

 

De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat

Une nouvelle rando nous mènera dans les environs de Saint Pierre de  Bat et du château Benauge

 

De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat

Saint pierre de Bat est un charmant petit village blotti auprès de sa source-lavoir ,entre vignes, bosquets et prairies

Dans le village, on peut apercevoir de nombreuses maisons construites pour le compte de riches propriétaires entre le XVIIème et XIXème siècle.

Sadi-Carnot, président de la République affectionnait particulièrement Saint-Pierre-de-Bat.

La commune produit des vins fins d'appellation "Haut-Benauge", très appréciés des connaisseurs.

A voir

Eglise romane Saint-Pierre Es Liens du XIIème siècle.
Lavoir Laubarit ( XIXème siècle). Bien antérieure à cette date, la source de Laubarit est réaménagée au début du XXème siècle en lieu de puisage, lavoir à linge sous abri et abreuvoir pour animaux.
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat

Passage devant Le Château de Benauge

Le site et l’aspect extérieur de la forteresse sont saisissants à voir. En effet les fortifications sont dans un état de conservation assez exceptionnel et témoignent de la grandeur passée de ce château qui fut l’un des plus importants de la Gironde.
Au Moyen-Âge, Benauge est le siège de l’une des plus importantes seigneuries du Bordelais. La place forte fut élevée vers la fin du XIe siècle, ou vers la fin du XIIe. Elle occupe le point culminant de l’Entre-deux-Mers bordelais, à 122 mètres d’altitude, d’où elle dominait une bonne partie de la seigneurie et surveillait d’importants axes de communication de l’Entre-deux-Mers.

Description

Le château de Benauge construit sur l'un des points culminants de l'Entre-deux-Mers, est la possession des vicomtes de Benauge. Il fut confisqué et attribué à un fidèle serviteur des rois anglais, Jean de Grailly, vers 1254, date à laquelle il prend sa forme actuelle. Il joue un rôle important dans la guerre de Cent Ans, surtout au XVe siècle, au temps de Gaston de Foix-Candale. Au XVIIIe siècle, un grand corps de logis est construit dans l'enceinte centrale. A la Révolution, le château est vendu en deux lots, l'un est vite ruiné, l'autre maintenu dans son état ancien. Les fortifications se développent sur environ un hectare. On trouve vers l'est une ample basse cour, continuée vers le sud par des lices plus étroites, vers l'ouest et le nord par de larges fossés précédés d'un énorme retranchement de terre.(net)

 

De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat

Avant d'affronter les derniers kilomètres ,petite pause du groupe, au pied du château Benauge (. Forteresse médiévale, située sur la commune d'Arbis)

certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes
certaines photos ont été prises lors de randos précédentes

certaines photos ont été prises lors de randos précédentes

Saint Quentin de Baron

Le mardi qui suit nous partirons en direction de saint Quentin de Baron pour une boucle locale d'une dizaine de kms Elle  permet de se promener dans un paysage viticole. La mairie, l’église romane et le Moulin Neuf que l’on découvre le long du parcours sont trois édifices importants du patrimoine de la commune. 

Saint Quentin de Baron est une commune viticole du Sud-Ouest de la France d’environ 2500 habitants située dans l’Entre Deux Mers Elle fait partie de la Communauté de Communes du Brannais.

Le nom de la commune provient du nom du saint patron de la paroisse, saint Quentin , apôtre romain du IIIe siècle qui évangélisa la Gaule. 

Le départ se fait au parking de la mairie. On  Passe devant l’église que l’on laisse sur la droite.

  • L' Eglise de Saint Quentin

Magnifique exemple de l’art roman, cette église de Saint Quentin  se compose, lors de sa fondation au XIIème siècle, d’une nef unique terminée par un chœur et une abside circulaire. Fortifiée au XIVème siècle, elle subit de nouvelles modifications au XVIème siècle lui apportant des parties de style gothique flamboyant. La façade ouest et son clocher-pignon sont alors construits 

A la suite des travaux de restauration des décors du XVIe siècle ont été mis à jour (litre funéraire-blason)

La traversée du village révèle de nombreux puits, des pigeonniers et de belles demeures anciennes ...

  • La mairie de St Quentin

Ainsi la commune de Saint-Quentin-de-Baron conserve une mairie dont le bâtiment  réalisé à la fin du XIXe siècle, (1879) et d’inspiration néoclassique, comporte en façade un intéressant décor important et raffiné.

En effet, la porte et les deux fenêtres sont encadrées de pilastres cannelés et surmontés de petits frontons triangulaires décorés de motifs végétaux.

Un autre fronton triangulaire plus grand couronne le bâtiment. Il est percé d’un oculus entouré d’une couronne de lauriers et encadré de deux lions couronnés.(net)

Nous gagnons rapidement les vignes …

De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat

Nous continuons pour faire une incursion sur la commune limitrophe d'Espiet ou nous découvrons

  • la Fontaine St Aignan: source sacrée dès les Celtes, la fontaine aurait eu la particularité de soigner les maladies des yeux et un pèlerinage y était organisé le 14 juin.

Richement ornée le monument actuel date de 1872. Particulièrement soignée, elle se compose de deux niveaux carrés superposés et décorés . Des pilastres  encadrent les angles. Sur l'une des faces du registre supérieur, une niche est aménagée sans doute pour accueillir une statuette.de Saint-Aignan

 Nous "jetons un oeil" sur  l'Eglise Notre-Dame dont le porche est l'un des plus anciens de la Gironde.

  • L’église Notre-Dame d’Espiet trouve ses origines au XIème siècle. Elle est à l’origine de la prospérité du village, puisqu’elle est rapidement fréquentée par les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle.

Edifice roman presque entièrement reconstruit au XVIème siècle, suite aux guerres de Religion, l’église Notre-Dame d’Espiet appartient dès le XIème siècle à l’abbaye de la Sauve Majeure.

De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat
De Saint Loubes  à Saint Quentin de Baron par Saint Pierre de Bat

 Une petite route nous mène jusqu’au moulin fortifié appelé Moulin neuf.

  • Situé sur la commune d’Espiet ,niché au fond du vallon de la Canaudonne, le moulin Neuf,  fut vraisemblablement construit par les abbés de La Sauve-Majeure au début du XIVe siècle. Il est l'un des plus originaux et des mieux conservés des moulins fortifiés de l'Entre-deux-Mers. Les dispositifs de défense ne manquent pas : un arsenal de meurtrières, des mâchicoulis. dissimulés sous deux balcons comme pour défier d'éventuels agresseurs, sans oublier l’épaisseur des murs, permettaient d'assurer la protection de l'édifice et de garantir la production de farines si importantes pour la population.

Le système de fabrication de la farine comportait deux meules et une roue verticale de 5 mètres de diamètre d'où l'importance de ce moulin. Les murs à pignon carré des façades sud et nord s’élèvent au dessus des toitures et leurs faîtes sont décorés chacun de trois croix de pierre, rappelant ainsi son origine ecclésiastique.

Devant le moulin prendre le chemin glissant ... ... qui descend vers le ruisseau de Peyrat . Traverser le ruisseau à gué et poursuivre dans le bois puis le long du bois. Au niveau des habitations le chemin devient goudronné jusqu’à la D 936 que nous traversons pour rejoindre Saint Quentin  

Commenter cet article

Présentation

Club de marche de Carbon-Blanc du CACBO Le club de marche du CACBO est ouvert à tous, il fonctionne chaque mardi après midi (de 8 à 10 kms). Un jeudi par mois pour une balade de 20 kms et un autre jeudi pour un parcours de 15 kms. Avoir bon pied et bonne humeur. Lieu de rendez-vous à Jacques Brel à 13h45 le mardi et les autres jours à confirmer selon les destinations.

Pour tous renseignements s'adresser à Monsieur Patrick VALETTE

 Mobile: 06 88 58 03 40

Email : valette.patrick@gmail.com

Articles récents

Hébergé par Overblog