Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Brigitte et Bernard
La Sauve Majeure

La Sauve Majeure

L'origine du nom de la commune vient du latin sylva "forêt". Les habitants se nomment les Sauvois.

L'origine du village est un oratoire de terre édifié puis abandonné par un moine de Maillezais (Vendée) dans la grande forêt Silva Majur qui s'étendait à l'emplacement des vignobles actuels. C'est sur cet emplacement que Saint Gérard de Corbie (1025-1095) fonde en 1079 un établissement monastique dont le rayonnement atteint son apogée au début du XIIIè siècle. La ville, dépassant 1.000 habitants dès le Moyen-Age, s'organise autour de l'abbaye qui, bien qu'en ruine, offre au passant un exemple d'art roman intéressant.

La Sauve Majeure
La Sauve Majeure
La Sauve Majeure
La Sauve Majeure

Le circuit nous amène sur la place de La Sauve dominée par l’imposante abbaye avec un regard sur l’église St-Pierre

Église Saint-Pierre​

Outre son abbaye, la commune de la Sauve Majeure possède l’église Saint-Pierre, qui date de la même époque et a été également élevée grâce à saint Gérard de Corbie.

Elle est fondée en 1083 et reconstruite à la fin du XIIe siècle dans le style roman. Elle se compose d’un vaisseau rectangulaire divisé en trois travées. Sur le mur extérieur court une corniche à modillons sculptés. Le chevet et la porte d’entrée, à l’extérieur sud, sont surmontés de statues de saint Pierre, saint Jacques le Majeur, la Vierge, et saint Michel

La Sauve Majeure
La Sauve Majeure
La Sauve Majeure
La Sauve Majeure
La Sauve Majeure

Belle vue sur les ruines de l’abbaye

Histoire du monument

Située entre Garonne et Dordogne, dans l'Entre-Deux-Mers, l’abbaye tire son nom de la grande forêt, ou « Silva Major », qui caractérisait le paysage environnant. Elle sera vite à la tête de prieurés répartis de l’Angleterre à l’Aragon, puis deviendra une halte sur le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.Une ville, dépassant 1 000 habitants dès le Moyen Âge, s’organise bientôt autour d’elle.

Après la Révolution, elle n’est plus qu’une ruine grandiose, exploitée comme carrière de pierre. Classée monument historique dès 1840, elle sert d’école normale d’instituteurs avant d’être acquise par l'État en 1960.

La Sauve-Majeure constitue l’un des plus beaux exemples de l’architecture et de la sculpture romane du Sud-Ouest. Depuis son clocher, elle offre un point de vue unique sur le paysage de l’Entre-Deux-Mers.

Sur un site envoûtant, vaste de 3 hectares, les ruines des bâtiments monastiques et du cloître jouxtent une église abbatiale célèbre pour ses chapiteaux historiés, qui illustrent les textes sacrés et l’imaginaire médiéval.
Elle s’est dotée d’un musée lapidaire et constitue un havre qui invite à la prome
nade.

Une exposition :

Le temps du silence : photographies de Bruno Rotival Cette installation présente des clichés pris par le photographe Bruno Rotival qui a passé près de 40 ans à saisir l'instant au sein de monastères. (net)

La Sauve Majeure
La Sauve Majeure
La Sauve Majeure
La Sauve Majeure

Commenter cet article

Présentation

Club de marche de Carbon-Blanc du CACBO Le club de marche du CACBO est ouvert à tous, il fonctionne chaque mardi après midi (de 8 à 10 kms). Un jeudi par mois pour une balade de 20 kms et un autre jeudi pour un parcours de 15 kms. Avoir bon pied et bonne humeur. Lieu de rendez-vous à Jacques Brel à 13h45 le mardi et les autres jours à confirmer selon les destinations.

Pour tous renseignements s'adresser à Monsieur Patrick VALETTE

 Mobile: 06 88 58 03 40

Email : valette.patrick@gmail.com

Articles récents

Hébergé par Overblog